top of page
Rechercher

La psychogénéalogie à quoi ça sert, comment ça marche ?



La psychogénéalogie est une discipline issue de la psychanalyse, créée par la psychologue Anne Ancelin Schützenberger, disciple de Françoise Dolto. Elle s'intéresse à l'inconscient familial et travaille très concrètement à libérer l'individu qui en est prisonnier.


A quoi ça sert ?


L'histoire familiale dont nous sommes les héritiers, avec ses valeurs, ses traditions, ses accomplissements mais aussi ses peurs, ses trahisons, ses traumatismes, ses injustices et ses secrets honteux agit sur nous de manière inconsciente.


Cet héritage invisible, transmis de génération en génération à travers les non-dits, peut nous contraindre à occuper une place qui ne nous convient pas, nous pousser à faire de mauvais choix, nous conduire à vivre des événements malheureux qui viennent faire écho aux malheurs de nos ancêtres. Certains maux physiques ou maladies ont également pour fonction inconsciente de reproduire symboliquement un drame de l'histoire familiale, comme cette femme dont les douleurs cervicales intenses et permanentes étaient liées au secret bien gardé du suicide par pendaison de son arrière grand-mère. Son père et son grand père avant elle avaient souffert des mêmes douleurs. Tous ignoraient la vraie cause de cette mort "honteuse" qu'on avait publiquement attribuée à la grippe espagnole. Le jour où cette femme a appris le secret de la mort de cette arrière grand-mère, ses douleurs ont cessé instantanément.


Il est donc primordial de se libérer de cette emprise des traumas transgénérationnels sur nous pour éviter de reproduire les drames dans nos vies, de manière réelle ou symbolique et pour ne pas transmettre à notre tour ce mauvais bagage aux générations suivantes.

C'est ce à quoi s'attache la psychogénéalogie.


Comment ça marche ?

Le thérapeute formé à la psychogénéalogie vous accompagne dans la réalisation de votre génosociogramme (arbre généalogique enrichi d'informations sur les liens entre les personnes et sur les événements familiaux). Nous travaillons dans un premier temps à partir des informations que vous connaissez et celles que vous aurez pu collecter en interrogeant des membres de votre famille : noms, prénoms, dates de naissances, dates de décès, motif du décès, dates de mariage et autres événements marquants de la vie de vos ancêtres et de chaque personne de votre famille. L'analyse de ces différents éléments permet de comprendre différents aspects de la dynamique familiale mais aussi de repérer les zones d'ombres à questionner plus précisément pour faire émerger les éventuels secrets.

Les besoins de votre recherche pourra vous mener à contacter différents services d'archives pour consulter des registres d'état civil, registres des armées ou autres.


Il n'est pas forcément nécessaire de remonter très loin dans le temps ; jusqu'à la génération des grands parents ou des arrière grand parents est déjà très bien. Il n'est pas non plus indispensable d'avoir toutes les informations sur toutes les personnes, car c'est quasiment impossible. Nous questionnons et laissons s'exprimer votre inconscient sur la base des éléments à disposition. Je remarque également fréquemment que le démarrage d'un travail en psychogénéalogie fait émerger spontanément des informations dans l'entourage de mes patients. Une ou deux questions posées au sein de la famille suffisent souvent à libérer des flots de paroles et à faire ressortir les secrets enfouis. Parfois même, un cousin lointain qui effectue exactement les mêmes recherches que vous, au même moment, vous contacte et vous communique les pièces manquantes de votre puzzle familial. C'est rare mais cela peut arriver !


Une fois les secrets, les drames ou les liens pesants identifiés, différents types de protocoles de "nettoyage" symbolique de l'arbre peuvent être effectués, pour enlever la charge de honte, de remords, de culpabilité et de souffrance qui pèsent sur l'inconscient familial.


N'hésitez pas à me contacter pour plus d'informations sur cette pratique, ou pour prendre rendez-vous.



Commentaires


bottom of page